Le poivre de Kampot

Au Cambodge la culture du poivre de Kampot se transmet de générations en générations au sein des familles de planteurs. A ce jour, seules 150 familles assurent la production de ce poivre dans le respect des traditions afin de produire la meilleure épice au monde. Chacune d’entre elles produit une centaine de kilos de poivre par an. Cette variété est l’unique produit cambodgien protégé par le label « Indication Géographique Protégée », elle ne peut donc être cultivée que dans les provinces de Kampot et Kep. De plus la production est définie par un cahier des charges très strict, tel que l’interdiction d’utiliser tout engrais chimique, et privilégie les gestes ancestraux et traditionnels. Le K

Un petit tour en Ligurie, les trofie

Je profite de mon passage en Ligurie pour vous parler d 'un format de pâtes connu, ancien et savoureux quand il est frais : les trofie . Parfait avec le pesto, symbole de Ligurie lui aussi , le trofie est plébiscité bien au dela de la Ligurie. Comme beaucoup de pâtes du Nord de l'Italie, les trofie sont composées à l'origine de blé tendre (on en fait aujourd'hui aussi avec du blé dur) et d'eau. Les premières trofie étaient des formes de gnocchi de pommes de terre enroulées. D'ailleurs trofie signifie petit gnocchi et également "enroulé". Des pâtes du pauvre avec ce qu'on avait sous la main qui faisaient merveille avec le pesto génovèse . Rustichella d"Abbruzzes reprend cette recette et élabo

le thé Chapitre 3 : le thé noir

Il paraîtrait qu’au 17ème siècle, une cargaison de thé vert venant de Chine soit arrivée en Angleterre. L’importation se faisait alors par la mer et prenait des mois et des mois. Le thé vert placé sous la ligne de flottaison, avec la chaleur et le soleil, aurait fermenté pendant le voyage en mer pour donner du thé noir, et les Anglais, à ce moment de l’histoire peu connaisseurs de thé, l’auraient préféré au thé vert et en auraient commandé à nouveau à la Chine. En Asie, on connaît bien cette histoire qui est une bonne raison de pouvoir se moquer un peu des voisins occidentaux ! D’ailleurs on n’y apprécie pas vraiment ce type de thé : la quasi-totalité du thé noir est exportée ! Alors qu’en A

Le thé Chapitre 2 : tout savoir sur le thé blanc

Le thé blanc est un thé légèrement oxydé, environ 12 %, selon la méthode traditionnelle. Avant le thé vert (qui est lui aussi peu transformé), c'est le thé qui connaît la transformation la plus faible par rapport à la feuille fraîche du théier. Ses crus traditionnels sont rares et souvent coûteux, en particulier le Bai Hao Yin Zhen composé exclusivement de bourgeons. Fabrication De jeunes feuilles sont cueillies avec les bourgeons, puis séchées au soleil et enfin à l'ombre (ou encore torréfiées par vapeur). La différence avec le thé vert consiste en l'absence de flétrissage, de torréfaction et de roulage. Les feuilles de thé blanc conservent donc beaucoup de propriétés des feuilles fraîches

Le thé - Chapitre 1 : la plantation

Le théier préfère et pousse dans des sols alluvionnaires, perméables, meubles et profonds car ses racines s'enfoncent jusqu'à 6 mètres. . Des racines profondes qui refusent la roche dure mais affectionnent les sols acides, meubles, perméables, et surtout riches en azote, en acide phosphorique et en potasse. Le théier appartient à la famille des camélias. Le camellia sinensis ou thea sinensis comporte deux variétés principales : celle de Chine, dite sinensis, et dont la feuille est petite et vert olive ; et celle d'Assam, dite assamica, à la pousse large, claire et charnue. Outre ces variétés, sont apparus avec les méthodes d'hybridation, greffes, bouturages, etc., de nombreux croisements, a

En vedette
Suivre les actualités